VISITES

Visites sur le blog

Création de ce blog le 29 mars 2014. Merci à vous tous de nous suivre !

mardi 12 septembre 2017

Valréas, un sacrifice rédempteur.

Un sacrifice rédempteur que seuls les plus démunis sont sollicités à chaque moment difficile, tragique ou encore crise programmée mais loin d'exister pour certains .

Alors cet extrait de l'allocution du 17 septembre 1944 du Pasteur Seignol alias « Franck » dans la Résistance à Valréas, ne peut que nous rappeler que rien à changer et que ce sont toujours les mêmes qui trinquent.
Dans ce texte, il suffit de changer quelques mots, quelques lieux pour s'apercevoir que le passé est toujours présent.
Allocution du 17 septembre 1944 du Pasteur Seignol alias « Franck » dans la Résistance à Valréas
Affligés bien-aimés, camarades de la Résistance, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
En quel siècle, vivons-nous? Quel siècle que le nôtre! Siècle du progrès, de la Science, de la Lumière. Hier les Philosophies nous apprenaient que nous marchions vers l'âge d'or. Mais alors que le machinisme faisait un bon en avant nous enregistrions une régression d'autant plus grande et douloureusement tragique, sur le plan moral. Nous restions insensibles quand le sang coulait en Chine. Quand la guerre fratricide ravageait l'Espagne. Notre embourgeoisement, oh! Dérision nous rendait insouciants du danger qui menaçait l'Europe. (…)
Demain! Que dis-je, aujourd'hui déjà, vous vous battez contre les profiteurs qui veulent continuer à profiter. Ils ont profité du Teuton. Ils veulent exploiter la Résistance. Il y en a ici Messieurs. Il y en a devant moi qui m’écoutent. Ils sont là les vautours qui guettent nos cadavres, ces rapaces dont la patrie s'appelle le profit, ces bourgeois pourris, ces capitalistes véreux.
Ils n'osent encore essayer de nous imposer leur volonté, mais ils le feront dans quelques semaines. Il va y avoir une vague de critiques acerbes contre les Résistants et leur esprit perfide comme un serpent, essayera de lancer son venin sur l'esprit de Résistance pour l'étouffer. Et bientôt ouvertement ils agiront, ils essayeront de nous perdre.(...)
Nous placerons sans cesse devant vous la vision de nos croix et de la croix qui seule est Révélatrice et Libère.
Et cela doit vous amener à la notion du sacrifice rédempteur.
Nous vous demandons aujourd'hui de sacrifier un peu, bien peu en donnant une partie de votre argent, car il n'est pas à vous, même s'il était acquis honnêtement. Même si vous l'aviez hérité, il n'y a rien de si injuste que la fortune et depuis le premier siècle la sagesse dit; « faites vous des amis avec les fortunes injustes ». Toutes les richesses sont injustes. Qu'ont ils fait les pauvres pour naître sans le sous. (…)

Nous attendons de vous 10 millions et ne me parlez pas de sacrifice. Votre dépouillement même sera néant à côté du sang qui fut versé. C'est lui et lui seul que je vois et que j'entends et non vos jérémiades d'avares hypocrites. Qu'il me soit permis de placer une anecdote. Alors qu'une femme de Valréas se préparait à rentrer chez elle, on lui disait, « vous ne retrouverez plus rien, quatre murs seulement ». Il y a trois jours en franchissant le seuil de sa cuisine, joyeuse, elle s'écria: « Mais ils m'ont laissé ma bouillotte ». (C’est tout ce qui lui restait). Voilà jusqu’où les mères de nos résistants avaient poussé l'esprit de Sacrifice. (...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Tous les commentaires haineux, racistes, xénophobes ou portant atteintes à des personnes seront exclus.

Contactez-nous

Nom

E-mail *

Message *